esprit d'équipe

Arbre article blog

Suivez l'exemple du monde végétal, coopérez !

Suivez l'exemple du monde végétal, coopérez !

Symbiose

J'ai cru trop longtemps que la compétition était la clé de la survie. J'ai transposé cette croyance dans ma sphère personnelle et professionnelle. Portée, dés minot, par l'idée que la compétition est un facteur d'émulation, de motivation, de reconnaissance et de réussite, j'ai foncé pour être dans le peloton de tête. Une fois dans le monde du travail, j'ai continué sur ma lancée, encouragée par les modes individualisés d'appréciation de la performance. Puis, un jour, la fatigue m'a brutalement freinée, j'ai été contrainte de prendre du retard, j'ai cessé d'être sur le podium. Pour la première fois, j'ai ressenti un vide, de la solitude. J'ai regardé autour de moi. J'ai vu, pour la première fois, tous ceux qui étaient derrière, sur le bas-côté, peu concernés, démotivés, blasés, silencieux, résignés. J'ai mesuré la taille du gouffre qui séparait les guerriers du devant, dopés à l'esprit de compétition, ignorant du monde qui les entoure de la masse des laissés pour compte.

Symbiosegirl

Je quittais les riches plaines de chasse des guerriers pour grossir, sur l'autre rive, les rangs des victimes errant dans des steppes arides. Et malgré tous mes vains efforts de volonté, je m’éloignais et me perdais de plus en plus dans ces paysages accidentés.

Mille questions m'assaillaient, tournaient dans mon esprit privé de ses repères. Pourquoi en suis-je là ? Quelle est ma part de responsabilité ? Qui m'aidera ? Comment vais-je m'en sortir ? Un jour, assise au pied d'un bosquet, je me suis souvenue de l'histoire d'arbres qui se prévenaient, par la dispersion de molécules volatiles d’éthylène, qu'un prédateur arrivait pour manger leurs feuilles. Ainsi prévenus les arbres produisaient dans leurs feuilles des tanins et autres composés nocifs pour les animaux. Outre que cette histoire a fait ressurgir un intérêt enfantin pour la nature et les plantes, elle a ramené à ma conscience un mot, « coopération ». Et d'autres histoires de plantes ont subitement refait surface, comme autant d'illustrations de stratégies végétales de coopération. Les symbioses entre arbres et champignons, comme entre le chêne et les truffes. L'arbre fournit au champignon le produit de sa photosynthèse et le champignon aide l'arbre à puiser l'azote et autres substances nutritives du sol. Et le lichen qui est un ménage à trois, un champignon, un algue et une levure où chacun apporte ce qu'il sait le mieux faire à l'autre. Je pensais aussi à ces arbres qui reconnaissent les membres de leur famille et dont les plus âgés protègent les plus jeunes en leur partageant des substances nutritives par leur réseau racinaire.

Foret article blog

Je réalisais à quel point cette entraide, ce partage, cette interdépendance me manquaient et m'avaient manqué. Le prix de la compétition individuelle m'a semblé énorme avec une quantité d'exclus dont le coût pèse lourd dans un contexte de raréfaction des ressources. Poussés de plus en plus loin à la marge, privés de tout, leur masse grandit inexorablement. Les plantes ont compris avant nous, depuis tout ce temps qu'elles s'adaptent et survivent, comment partager des ressources, s'allier pour se défendre. Elles nous donnent une vraie leçon de vie, une leçon d'adaptation et de sauvegarde collective que nous serions bien avisés d'écouter, nous derniers nés sur Terre. Quand à moi, depuis ce jour, j'ai retrouvé une direction et un sens en favorisant la coopération par des formations en lien avec le monde végétal.