phytothérapie

Moi dans labo

Les coulisses de la création d'Ypia

Enfin le site d'Ypia est créé ! Reste à ouvrir la boutique pour vendre mes savons, mes bougies et mes baumes au karité. 

Jamais je n'aurai pensé que ce serait si compliqué et long. Entre le début de ma formation à l'ELPM et l'ouverture de ce site, il s'est écoulé 6 ans. Le projet est né alors que j'étais encore en entreprise dans mon job. A plein temps sur ce projet depuis un an, j'ai hâte maintenant de commencer à vendre. Pourtant il me manque encore la validation reglementaire de toutes les formules cosmétiques et la création de la boutique, des photos et des fiches produit.

Porte savon et savon lavandulaArgildoux a la decoupeArgildoux pochette savon noire motif fleurs

 

Chelidoine tres belle photo

La chélidoine pour les verrues

En me promenant ce matin de début avril, j'ai croisé la chélidoine sur mon chemin. Et oui, en ces premiers jours d'un printemps timide, les chélidoines commencent à fleurir sur les bords de chemins, dans les fossés, dans les friches ou encore dans les fissures des vieux murs. Elles fleurissent à l'arrivée des hirondelles et sa fanent à leur départ.C'est de là que vient son nom, Hirondelle se disant en grec ou en latin, khelidon ou chelidonium. On la nomme aussi Grande éclaire car la légende ancienne veut que les hirondelles se servaient du suc de la plante pour ouvrir les yeux à leurs petits. De là à l'utiliser comme collyre, il n'y a qu'un pas qui a été franchi dans l'antiquité avec plus ou moins de succès.. En tout cas, son autre nom, Herbe de Sainte-Claire vient de là car Sainte Claire d'Assise (1194-1253) passait pour guérir les maladies des yeux.

Une petite plante des bords de rue qui n'a l'air de rien et qu'on arracherait bien volontiers. Erreur !

Cette petite papavéracées est votre alliée si vous avez des verrues (ou des cors) à faire disparaître.

Son latex jaune qui apparaît quand on casse une tige brûle efficacement les cors et les verrues, en application quotidienne répétée. Il faut prendre soin d'éviter la peau saine qui serait brulée de la même façon.

Il y a peu de risque de la confondre avec une autre à cause de la couleur jaune orangé assez vif du latex contenu dans les tiges et la racine mais en voici une description plus précise : plante vivace de 30 à 60 cm de haut aux tiges raides et un peu velues. Les feuilles composées sont lobées et crénelées. Les fleurs sont jaune vif, à 4 pétales insérées dans un calice à 2 sépales qui tombe très vite dès la floraison. Les fruits, fins et allongés, s'ouvrent de bas en haut en deux parties à maturité. (T. Thévenin-Le chemin des Herbes).

Chelidoine en bord de routeChelidoine 3Chelidoine 5Chelidoine 6Chelidoine suc

Autres noms de la Chelidoine : Herbe aux verrues, Herbe de Sainte-Claire, Grande éclaire

Mini riquiqui mais maous costo question toxicité : 60g de son suc peuvent suffire à tuer un chien ... Donc à proscrire pour tout autre usage qu'en externe sur les verrues et ne ramasser la tige que pour le besoin au fur et à mesure. Cette petite dangereuse fait partie des plantes potentiellement mortelle de la flore Française.

Concernant les verrues, celles-ci sont d'origine virale, donc premièrement elles sont très contagieuses et deuxièmement, faire disparaître la verrue ne signifie pas faire disparaître le virus. Il parait donc opportun de compléter l'application de chélidoine par celle (à un autre moment, pas en même temps) d'un baume aux huile essentielle ad'hoc, par exemple avec un mélange : he clou de girofle, he thym rouge, he ravinstasara pour l'action anti-infectieuse complété par he ciste et bois de hô pour la réparation cutanée.

Les verrues aux pieds s'attrapent souvent dans les lieux humides, extérieurs des piscines par exemple mais aussi dojos ou salles de sport. Et les verrues aux mains en touchant des rampes ou les barres des transport en commun, ou en portant des gants, ou par contact avec une personne ayant une verrue, ...

« Vengue lou jour de Santa Clara, lus per camin e gent per rara ». Que vienne le jour de sainte Claire, lumière (soleil) par chemins et gens sur les sentiers.

 

Arbre article blog

Suivez l'exemple du monde végétal, coopérez !

Suivez l'exemple du monde végétal, coopérez !

Symbiose

J'ai cru trop longtemps que la compétition était la clé de la survie. J'ai transposé cette croyance dans ma sphère personnelle et professionnelle. Portée, dés minot, par l'idée que la compétition est un facteur d'émulation, de motivation, de reconnaissance et de réussite, j'ai foncé pour être dans le peloton de tête. Une fois dans le monde du travail, j'ai continué sur ma lancée, encouragée par les modes individualisés d'appréciation de la performance. Puis, un jour, la fatigue m'a brutalement freinée, j'ai été contrainte de prendre du retard, j'ai cessé d'être sur le podium. Pour la première fois, j'ai ressenti un vide, de la solitude. J'ai regardé autour de moi. J'ai vu, pour la première fois, tous ceux qui étaient derrière, sur le bas-côté, peu concernés, démotivés, blasés, silencieux, résignés. J'ai mesuré la taille du gouffre qui séparait les guerriers du devant, dopés à l'esprit de compétition, ignorant du monde qui les entoure de la masse des laissés pour compte.

Symbiosegirl

Je quittais les riches plaines de chasse des guerriers pour grossir, sur l'autre rive, les rangs des victimes errant dans des steppes arides. Et malgré tous mes vains efforts de volonté, je m’éloignais et me perdais de plus en plus dans ces paysages accidentés.

Mille questions m'assaillaient, tournaient dans mon esprit privé de ses repères. Pourquoi en suis-je là ? Quelle est ma part de responsabilité ? Qui m'aidera ? Comment vais-je m'en sortir ? Un jour, assise au pied d'un bosquet, je me suis souvenue de l'histoire d'arbres qui se prévenaient, par la dispersion de molécules volatiles d’éthylène, qu'un prédateur arrivait pour manger leurs feuilles. Ainsi prévenus les arbres produisaient dans leurs feuilles des tanins et autres composés nocifs pour les animaux. Outre que cette histoire a fait ressurgir un intérêt enfantin pour la nature et les plantes, elle a ramené à ma conscience un mot, « coopération ». Et d'autres histoires de plantes ont subitement refait surface, comme autant d'illustrations de stratégies végétales de coopération. Les symbioses entre arbres et champignons, comme entre le chêne et les truffes. L'arbre fournit au champignon le produit de sa photosynthèse et le champignon aide l'arbre à puiser l'azote et autres substances nutritives du sol. Et le lichen qui est un ménage à trois, un champignon, un algue et une levure où chacun apporte ce qu'il sait le mieux faire à l'autre. Je pensais aussi à ces arbres qui reconnaissent les membres de leur famille et dont les plus âgés protègent les plus jeunes en leur partageant des substances nutritives par leur réseau racinaire.

Foret article blog

Je réalisais à quel point cette entraide, ce partage, cette interdépendance me manquaient et m'avaient manqué. Le prix de la compétition individuelle m'a semblé énorme avec une quantité d'exclus dont le coût pèse lourd dans un contexte de raréfaction des ressources. Poussés de plus en plus loin à la marge, privés de tout, leur masse grandit inexorablement. Les plantes ont compris avant nous, depuis tout ce temps qu'elles s'adaptent et survivent, comment partager des ressources, s'allier pour se défendre. Elles nous donnent une vraie leçon de vie, une leçon d'adaptation et de sauvegarde collective que nous serions bien avisés d'écouter, nous derniers nés sur Terre. Quand à moi, depuis ce jour, j'ai retrouvé une direction et un sens en favorisant la coopération par des formations en lien avec le monde végétal.