Plantes

Couscous 727492 640

Les clés de l'alimentation santé

Les règles d'or pour une alimentation préventive

Nous le savons, notre alimentation est notre premier "médicament" et conditionne le bon fonctionnement de notre organisme. Ceci posé, concrètement quelle alimentation choisir ? On reçoit vite pléthore de conseils et proposition de régimes, tous plus ou moins faciles à mettre en oeuvre. Pour vous guider, je vous propose quelques règles d'or qui pourront être votre boussole au moment de faire les courses ou de choisir ses menus.

Les règles d'or que j'ai sélectionné pour vous sont extraites d'un article d'Anthony Fardet dans le magazine l'Ecologiste N°48 de décembre 2016 - Anthony Fardet est Chargé de recherches en alimentation préventive et holistique à l'INRA de Clermont-Ferrand dans l'unité de Nutrition Humaine. J'ai voulu les partager avec vous parce qu'elles sont faciles à mettre en oeuvre quelques soient ses habitudes alimentaires et relèvent d'une approche holistique, éthique, mettant au centre l'humain et non les intérêts financiers. Elles sont une sorte de boussole utile au quotidien.

Première règle d'or

Ratio calorique : 85% Produits végétaux pour 15% Produits animaux

Les produits végétaux devraient constituer l'essentiel de notre alimentation. Or, aujourd'hui nous Français, consommons presque une calorie sur trois d'origine animale et 60% des protéines consommées sont d'origine animale, ce qui est beaucoup trop, à la fois pour la santé, préserver le bien-être animal et l'environnement.

Il faut, pour inverser ce ratio animal/végétal :

a) remplacer les calories animales par plus de "grains et graines" :

- céréales complètes (blé, riz, avoine, maïs,...), pseudo-céréales (sarrasin, quinoa, amarante),

- légumineuses (haricot, soja, fèves, lentilles, pois cassés,...)

- fruits à coque (noix, noisettes, amandes,...)

Ces légumineuses, céréales complètes et oléagineux sont bon marchés, faciles à conserver et possèdent de grandes vertus pour la santé. Chacun de ces groupes est caractérisé par leur richesse respective en glucides complexes, protéines et lipides, ainsi que par une teneur en de nombreux composés bioactifs protecteurs. Ils sont en outre une source de sucres lentement assimilables, de fibres alimentaires et procurent un sentiment de satiété prolongé. Toutes les études épidémiologiques soulignent le caractère protecteur de ces aliments vis à vis du risque des principales maladies chroniques que sont l'obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

L'association céréale-légumineuse est la base de nombreux plats traditionnels de nombreux continents, ce n'est probablement pas par hasard : maïs-haricot (américain), riz-soja (asiatique) et blé dur-pois chiche (nord-africain).

Rappelons que les légumineuses n'ont pas besoin d'engrais azotés pour pousser.

b) diminuer la quantité de protéines : un adulte de 70kg a besoin de 58g de protéines par jour

La viande devrait devenir un accompagnement et les produits végétaux le plat principal, et non l'inverse, comme c'est le cas aujourd'hui.

Deuxième règle d'or

Privilégier les aliments pas, ou peu transformés

C'est à dire des aliments qui ne sont pas une recombinaison d'ingrédients.

Exemple : une pomme n'est pas transformée, une compote de pomme est normalement transformée (pommes plus du sucre) et un jus de pomme reconstitué à partir d'une poudre déshydratée avec des additifs divers est un produit ultra-transformé à éviter.

Autre exemple : un poisson entier cuit au grill est peu transformé, mis en conserve avec de l'huile il est normalement transformé et broyé/fractionné puis réintroduit dans des nuggets de poisson, il devient ultra transformé.

D'un point de vue de la qualité nutritionnelle, le degré de transformation est primordial. Les éléments moins transformés sont plus rassasiant et élèvent moins le niveau de sucres dans le sang que les aliments ultra-transformés.

Troisième règle d'or

Au sein des aliments peu ou pas transformés, diversifiez en privilegiant les aliments BIO de saison et locaux dans la mesure du possible.

En diversifiant, vous apportez une diversité de micronutriments protecteurs (vitamines, minéraux, oligo-éléments, polyphénols, caroténoïdes,...) qui ont des actions multiples et synergiques dans l'organisme humain : anti-oxydants, anti-inflammatoires, anti-carcinogéniques, anti-hypertensifs, hypocholestérolémiant, hypoglycémiant, lipotropes,...

Au delà de ces règles, Mon,sieur Fardet souligne qu'"Acheter un aliment chez un commerçant est un acte essentiel pour tous, car nous sommes tous interconnectés : aussi si j'achète un aliment ultra-transformé d'origine animale contenant des ingrédients issus des quatre coins de la planète je contribue peut-être à l'apprauvrissement de paysans de pays en voie de développement, je contribue à la maltraitance animale et à la déforestation de certaines parties du globe. A nous de choisir, nous sommes responsables et il est aujourd'hui possible d'avoir accès aux informations nutritionnelles. Ce n'est qu'à ce prix que nous pourrons faire avancer les choses dans le bon sens, pour nous, les animaux et la planète dans son ensemble".

 

 

Huiles essentielles etiquette

Critères de qualité des huiles essentielles

Dans mes ateliers huiles essentielles (baumes, parfums,...), j'aborde les critères de qualité d'une huile essentielle et j'explique les différents mode d'obtention. Vous trouverez ci-dessous les éléments les plus importants pour vos prochains achats.

Pour être certain de la qualité il faut que, sur le flacon, soit indiqué les informations suivantes :

- Dénomination botanique sous la forme suivante (en latin) et chémotype :

Exemple pour une huile essentielle de lavande officinale :

Famille botanique : Lamiacées

Genre : Lavandula
espece :  angustifolia
variété/sous-espèce ou nom du botaniste découvreur : Mill.
Précision du chimiotype (ou chémotype) Ce sont les molécules actives les plus présentes dans la plante. Pour une même espèce botanique, il peut exister plusieurs races chimiques ou chimiotypes selon leur "terroir". Ce phénomène a été bien étudié pour le thym, Thymus vulgaris L. pour lequel on distingue au moins 7chimiotypes différents en fonction du constituant principal de l’huile essentielle : alpha-terpinéol, carvacrol, cinéole, géraniol, hydrate de sabinène, linalol, thymol... Il est donc indispensable, pour certaines HE, de bien préciser le chimiotype car il peut conditionner l’activité et/ou la toxicité.


- Condition/lieu de production de la plante
Par exemple sauvage ou cultivée, lieu de production etc...

- Partie de la plante utilisée
Le Néroli et le Petit Grain par exemple sont deux HE issues de la même plante, l'oranger amer, mais le Néroli provient des fleurs et le Petit Grain provient des feuilles.Si tous les organes d’une même espèce peuvent renfermer une huile essentielle,la composition de cette dernière (qualitative et quantitative) peut varier selon sa localisation dans la plante.

- Mode d’obtention de l’huile essentielle
Distillation par entraînement à la vapeur d'eau (la plupart des he), distillation sèche (bois, écorce,..) ou expression à froid (agrumes)
Ne pas acheter d'huiles essentielles extraites autrement (solvants)

- LABELS HEBBD ou HECT
La dénomination HEBBD signifie Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie. Ce label signifie que nos huiles essentielles sont entièrement définies à la fois sur le plan botanique (organe producteur de la plante, dénomination botanique latine exacte, chémotype, pays d'origine) et chimique (une chromatographie est réalisée pour chaque nouveau lot d’huile essentielle).
Ce label est un gage de qualité des huiles essentielles sur :
- le choix du biotype le plus favorable,
- la qualité des méthodes d’extraction utilisées,
- le contrôle de l’identité et de la composition de l’huile essentielle par analyse,
- la garantie d’une huile essentielle 100% pure et naturelle.
D’autres laboratoires utilisent le label HECT, similaire à celui de HEBBD, qui signifie Huile Essentielle Chémotypée et qui est également  gage de qualité des huiles essentielles sur le plan botanique et biochimique.

La garantie “Huile Essentielle 100 % pure et naturelle” indique que l’huile essentielle est non modifiée ou diluée, non déterpénée, rectifiée ou reconstituée.

Atelier Baume anti-stress aux huiles essentielles

Venez fabriquer votre BAUME ANTI-STRESS AUX HUILES ESSENTIELLES APAISANTES

Epinette noire

Vous repartirez avec votre baume antistress personnel que vous aurez créé en choisissant une synergie d'huiles essentielles répondant à votre besoin particulier de détente. Vous saurez fabriquer rapidement et simplement des baumes médicinaux aux huiles essentielles.

C'est samedi 26 Novembre à 15h

Pour vous inscrire : agnes.boudy@gmail.com

Tarif : 25€

Lieu : 31 rue Parmentier, 92600 Asnières-sur-Seine

 

Hypertrophie de la prostate 400x256

Préserver sa prostate

Au delà de 50 ans, 80% des hommes sont affectés par une augmentation de la taille de la prostate, appellée HBP Hypertrophie Benigme de la Prostate. La prostate ayant grossi, elle exerce une pression sur la vessie et l'urètre et entraine une diminution du débit urinaire, une envie fréquente d'aller uriner, une vidange incomplète de la vessie et une perte d'urine après la miction.

Une consultation médicale s'impose pour diagnostiquer s'il s'agit d'un adénome bénin, d'une prostatite ou d'un cancer de la prostate.

(d'après le livre "Se soigner par les plantes" du Docteur Gilles Corkon)

CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES

L'observation des modes de vie des Asiatiques, des Africains ou des peuples méditerranéens traditionnels chez qui les affections de la prostate sont minimes suggère que l'adoption de mesures simples comme l'exercice physique régulier, une alimentation riche en végétaux et en acides gras de type oméga 3 (poissons gras, huiles végétales) parallellement à la réduction des produits laitiers et de la viande, assure une prévention efficace en terme de troubles prostatiques ainsi que dans le développement des maladies cardio-vasculaires.

GRAINES ET HUILE DE PEPINS DE COURGE

Riches en vitamines E, en zinc et en phytostérols, les graines de courge et l'huile de pépin de courge sont efficaces pour calmer l'inflammation de la prostate, soutenir et rétablir les fonctions de la testostérone et contrôler la croissance du tissu prostatique.

Vous pouvez manger au moins le contenun d'une cuillère à soupe de graines décortiquées par jour ou utiliser des capsules huileuses de graines de courge.

LES CONSEILS DE L'HERBORISTE

En gemmothérapie, le maçérat glycériné de jeunes pousses de Sequoia (sequoia gigantea) est particulièrement recommandé pour les problèmes d'adénome de la prostate et plus généralement pour la sénescence masculine (veillissement biologique). Prendre 10 gouttes de maçérat-mère ou 50 gouttes de macérat 1D tous les matins pendant au moins 2 mois.

Par voie externe, un soin complémentaire efficace peut être apporté en aromathérapie de la manière suivante : mettre 2 gouttes d'HE de cyprès (cupressus sempervirens) et 2 gouttes d'HE de lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) dans environ 1 cuillère à soupe d'huile d'amande douce. Appliquer en friction matin et soir sur la bas du dos pendant 3 semaines.
 

LE JUS CONCENTRE DE GRENADE (Punica granatum) et en particulier le jus fermenté possède des propriétés anti-oxydantes exceptionnelles et pourrait même inhiber la prolifération des cellules tumorales de la prostate.

LES EXTRAITS D'ECORCE DE PRUNIER d'AFRIQUE (Pygeum africanum) ont une action décongestionnante et améliorent sensiblement les troubles mictionnels liés à l'HBP.

LES EXTRAITS DE BAIES DE SAW PALMETO ou PALMIER NAIN D'AMERIQUE (Sabal serrulata ou Serenoa repens) régulent la production de dihydrotestostérone et possèdent une action anti-inflammatoire.

TISANE

3 bols par jour de la tisane adoucissante et anti-inflammatoire suivante :

Alkékenge baies - 10g / Bruyère fleurs (20g) / Ortie piquante racines (20g) / Verge d'or sommités fleuries (10g) / Lamier blanc sommités fleuries (10g)

1 cuillère à soupe pour un bol d'eau froide

En alternance avec

Epilobe à petites fleurs - 1 bol le matin et 1 bol en fin de journée.

 

Angelique

Un livre de chevet pour les maux du quotidien

Le Docteur en pharmacie, Gilles Corjon, herboriste et enseignant à l'Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales, a écrit un petit livre, sous la forme d'un guide, qui est un condensé vraiment utile pour tous ceux qui souhaitent se soigner par les plantes sous toutes leur formes : "Se soigner par les plantes" Editions Jean-Paul Gisserot 7,5€.

Vous y trouverez 60 fiches conseils pour les maux les plus courants ainsi que les fiches des 101 plantes les plus utilisées.

A titre d'exemple, pour le nez qui coule et les éternuements (rhume), Gilles Corjon nous recommande une tisane fébrifuge, antiseptique et décongestionnante de thym (30g) , sureau fleurs (30g), bourrache (sommités fleuries) (30g), lavande fleurs (20g) et clous de girofle (5g).

Il nous est également proposé de faire des bains de pieds chauds de 10mn dés les premiers symptomes avec 5gtes d'huile essentielle de poivre noir, 5 gts d'He d'eucaluptus globulus et une cuillère à soupe de savon noir ou savon liquide au calendula. Les inhalations humides avec des HE : thym à linalol, tea tree, eucalyptus radiata sont aussi recommandé dans les conseils hygieno-diététiques. Suivant ces conseils hygiéno-diététiques, un allegement digestif est conseillé ainsi que le repos. "Le rhume ou rhinopharyngite est une maladie infectieuse des voies respiratoires supérieures d'origine virale fréquente de novembre à février lorsque des épisodes froids et humides alternent avec des périodes de redoux"... On est en plein dedans et mes mouchoirs me suivent partout aujourd'hui !

 

 

 

Les baumes pour l'hiver

Vite un baume anti infectieux pour l'hiver !

Il fait froid, chaud, froid, on est fatigué et puis il y a trop de microbes dans les transports et dans les magasins. Un très bon test pour nos défenses immunitaires ! Vous résistez, c'est héroïque !. Bravo.

Sinon, la gorge commence à piquer, le nez coule puis se bouche, vous toussez,…Vite un baume aux huiles essentielles pour soutenir son organisme et enrailler l’infection !

Rien de plus facile, voici une recette ultra facile pour les gens pressés.

1/ Récupérez un petit pot en verre (type petite terrine 50g), nettoyez le bien (idéalement faire bouillir).

2/ Mélangez dans le pot 15g d'huile végétale (macadamia, sésame; pépin de raison ;..) et 15 g de beurre végétal (karité, mangue, cacao,..) pour remplir le pot au trois quart (30g) et obtenir une texture onctueuse.

2/ Dans un petit récipient à part, faites le mélange d'huiles essentielles pures et naturelles suivantes :

  • Ravintsara - Cinnamomum camphora CT 1,8-cinéole (Lauraceae/feuilles) - 10 gouttes
  • Eucalyptus radiata - (myrtaceae/feuilles) - 10 gouttes
  • Thym à linalol - Thymus vulgaris CT linalol (Lamiaceae/sommités fleuries) - 5 gouttes
  • Niaouli CT 1,8 cineole - Melaleuca quinquenervia cineolifera (Myrtaceae/feuilles) - 5 gouttes
  • Laurier noble - Laurus nobilis (lamiaceae/feuilles) – 5 gouttes

Ajoutez en mélangeant bien les huiles essentielles au mélange Huiles végétale/Beurre. Votre baume anti infectieux est prêt.

Utilisez-le en friction sur la plante des pieds, la face interne des poignets, la poitrine ou la gorge dés les premiers signes de refroidissement.

Ce baume peut se conserver toute la saison. Il sera votre trousse de secours tout l’hiver.

Précautions d'emploi :

- N'oubliez pas que les huiles essentielles sont des produits actifs qui doivent être utlisés avec attention. Faites toujours un test d'une petite quantité sur la face interne du poignet pour vérifier l'absence de réaction allergique avant d'utliser le baume.

- N'utilisez pas les huiles essentielles si vous êtes enceintes ni pour les enfants de moins de 7 asns.

- Ces propriétés, indications et modes d'utilisation sont tirés des ouvrages de référence en aromathérapie et phytothérapie, notamment "Phytothérapie anti-infectieuse" Paul Goetz, Kamel Ghedira-collection phytothérapie pratique - Springer 2012. Toutefois, ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale. Consultez votre médecin, seul habilité à faire un diagnostic et une prescription. 

En automne, on se prépare pour l'hiver avec les plantes

Automne, quand tu nous tiens !

Vous le sentez, l'été a fait place à l'automne. "Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres" disait Baudelaire. "Oh, l'automne, l'automne a fait mourir l'été" disait Apollinaire. Les jours raccourcissent, les températures rafraichissent et le soleil est plus bas. Votre énergie baisse lentement et vous avez de plus en plus de mal à vous lever le matin. Pourtant, ce n'est pas ce que la vie moderne, urbaine, nous propose ou nous impose. Dans les entreprises, tout le monde est rentré et les objectifs de fin d'année doivent être atteints coûte que coûte. Les journées de travail s'allongent, la pression s'intensifie.

Ce rythme qui s'accélère est aux antipodes de ce dont votre organisme aurait besoin pour se préparer à l'hiver. Au contraire, il voudrait que vous ralentissiez, que vous dormiez plus...

Vous risquez d'arriver, à ce train là, fatigué et fragilisé en hiver et d'attraper le premier microbe ou plutôt un des innombrables microbes qui peuplent l'air saturé du métro parisient ou des grands centres commerciaux ou vous ne manquerez pas d'aller noyer votre début de déprime les dimanches de grisaille.

Pour vous aider à maintenir un équilibre et donc une bonne santé malgré ce périlleux sas automnal, voici quelques plantes intéressantes pour une petite cure (3 semaines maxi) et quelques conseils hygiéno-diététiques associés sans le respect desquels, les plantes risquent d'être fort démunies.

  • Plantes adaptogènes, fortifiantes, reminéralisantes et qui soutiendront votre immunité pour préparer votre organisme à l'hiver :
    • Cassis (Ribes nigrum) - Immunostimulant - bourgeons gemmotherapie
    • Angelique (Angelica archangelica) - Adaptogène, équilibre nerveux -  racines - tisane ou extrait fluide cohobat d'angélique (semence + racines)
    • Avoine (Avena sativa) - Equilibre nerveux (stimule le matin, apaise le soir) - En solution hydro alcoolique 
    • Ortie (Urtica dioica) - Fortifiant - feuilles - Tisane de feilles ou Extraits fluides glycerinés
    • Prêle (Equisetum arvense) - Reminéralisant - en solution hydro alcoolique
    • Millepertuis (Hypericum perforatum) - sommites fleuries - en tisane ou solution hydroalcolique. "LE MILLEPERTUIS CUMULE L'ENERGIE SOLAIRE ET LA REDISTRIBUE"
    • Baies de cynorrhodons - fruits de l'Eglantier (Rosa canina) riches en vitamine C

Je privilégie, vous l'avez remarqué, les plantes de notre flore française contrairement à la mode actuelle qui tend à nous proposer Ginseng, Rhodiola, Baies de Goji, etc... "Plantes d'ici pour gens d'ici, plantes d'ailleurs pour d'autres autochtones". Pour avoir lu l'excellent livre de Michel Dubray "Plantes médicinales d'ici ou d'ailleurs ? - la mode des plantes médicinales exotiques remise en question" dont je vous parlerais dans un autre billet, je pense qu'il est préférable d'utiliser ce qui pousse chez nous pour tout un tas de raisons, économiques, de bon sens, de respect des flores locales, ...

  • Conseils hygiéno-diététiques pour l'automne
    • ​Continuer de s'exposer à la lumière naturelle pour la synthèse de la vitamine D. Marcher 20 mn dehors permet de combiner activité physique régulière et exposition à la lumière. Sortir à la pause déjeuner et marcher 20mn est la bonne idée de l'automne !
    • Maintenir une activité physique douce et régulière. Marche, vélo, stretching, Qi Qong, yoga, ...
    • Consommer quotidiennement des huiles végétales de qualité non raffinées (vierges). En effet, les membranes de nos cellules sont constituées de phospholipides. La qualité de ces membranes conditionne tous les échanges à l'intérieur de notre corps, c'est un préalable fondamental pour une bonne santé.
      Bannir les acides gras "trans", c'est à dire les huiles transformées pour l'industrie et diminuer les acides gras saturés en évitant tous les plats préparés et la pâtisserie industrielle. Diminuer également les acides gras omega-6 (soja, mais, raisin, tournesol) au profit des acides gras omega-3 en consommant de l'huile de Lin, de Cameline, de Chanvre, de Noix, Colza. Aujourd'hui nous sommes tous carencés en acides gras omega-3 et suralimentés en omega-6 or notre cerveau est composé à 60% de ces omega-3 tant négligés.
    • Mettez dans votre assiette des aliments riches en Zinc qui a un rôle clé dans l'immunité. On le trouve dans les viandes, les fruits de mer (huitres), les légumes sec, le germe de blé, les noix. 
    • Consommez des noix et graines (amandes - noix - noisettes - graines de tournesol, de sésame, de pavot,...) qui vous apporteront de nombreux minéraux (calcium, magnésium, potassium,..), des acides gras mono et poly insaturés, des vitamines E et du groupe B. 
    • Pour que notre corps puisse fabriquer des protéines sans manger de produit animal (plats végétariens), il faut faire des associations, par exemple associer céréales et légumes secs. par exemple lentilles et du riz. Faites les bonnes associations pour que votre corps puissent construire, à partir des acides aminés essentiels, des protéines. A noter que le blé noir (sarrasin) contient tous les acides aminés essentiels. Ne vous en privez pas ! 
    • Bannissez autant que possible le sucre raffiné. C'est une véritable drogue, facteur d'inflammation, favorisant obésité et troubles métaboliques. Remplacez le dans les gâteaux maison par du miel, des épices (cannelle, clou de girofle), de la vanille. Et dans les yaourts par de la compote maison ou du sucre de canne intégral ou complet. 
    • Savoir pratiquer la communication non violente permet d'affirmer ses besoins en évitant les tensions inutiles génératrices du stress. Le stress chronique nuit à notre santé et notre système immunitaire.
    • Encourager les pensées positives est un facteur clé de bonne santé. Il faut être conscient que notre cerveau et notre corps sont connectés dans une sorte de boucle de rétroaction. Si notre petite voix intérieure ressasse les histoires négatives, dévalorisantes, cela dérègle l'équilibre de notre corps. Voltaire disait "j'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé". Il avait bien raison. 

Bon automne à toutes/tous !