Couscous 727492 640

Les clés de l'alimentation santé

Les règles d'or pour une alimentation préventive

Nous le savons, notre alimentation est notre premier "médicament" et conditionne le bon fonctionnement de notre organisme. Ceci posé, concrètement quelle alimentation choisir ? On reçoit vite pléthore de conseils et proposition de régimes, tous plus ou moins faciles à mettre en oeuvre. Pour vous guider, je vous propose quelques règles d'or qui pourront être votre boussole au moment de faire les courses ou de choisir ses menus.

Les règles d'or que j'ai sélectionné pour vous sont extraites d'un article d'Anthony Fardet dans le magazine l'Ecologiste N°48 de décembre 2016 - Anthony Fardet est Chargé de recherches en alimentation préventive et holistique à l'INRA de Clermont-Ferrand dans l'unité de Nutrition Humaine. J'ai voulu les partager avec vous parce qu'elles sont faciles à mettre en oeuvre quelques soient ses habitudes alimentaires et relèvent d'une approche holistique, éthique, mettant au centre l'humain et non les intérêts financiers. Elles sont une sorte de boussole utile au quotidien.

Première règle d'or

Ratio calorique : 85% Produits végétaux pour 15% Produits animaux

Les produits végétaux devraient constituer l'essentiel de notre alimentation. Or, aujourd'hui nous Français, consommons presque une calorie sur trois d'origine animale et 60% des protéines consommées sont d'origine animale, ce qui est beaucoup trop, à la fois pour la santé, préserver le bien-être animal et l'environnement.

Il faut, pour inverser ce ratio animal/végétal :

a) remplacer les calories animales par plus de "grains et graines" :

- céréales complètes (blé, riz, avoine, maïs,...), pseudo-céréales (sarrasin, quinoa, amarante),

- légumineuses (haricot, soja, fèves, lentilles, pois cassés,...)

- fruits à coque (noix, noisettes, amandes,...)

Ces légumineuses, céréales complètes et oléagineux sont bon marchés, faciles à conserver et possèdent de grandes vertus pour la santé. Chacun de ces groupes est caractérisé par leur richesse respective en glucides complexes, protéines et lipides, ainsi que par une teneur en de nombreux composés bioactifs protecteurs. Ils sont en outre une source de sucres lentement assimilables, de fibres alimentaires et procurent un sentiment de satiété prolongé. Toutes les études épidémiologiques soulignent le caractère protecteur de ces aliments vis à vis du risque des principales maladies chroniques que sont l'obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

L'association céréale-légumineuse est la base de nombreux plats traditionnels de nombreux continents, ce n'est probablement pas par hasard : maïs-haricot (américain), riz-soja (asiatique) et blé dur-pois chiche (nord-africain).

Rappelons que les légumineuses n'ont pas besoin d'engrais azotés pour pousser.

b) diminuer la quantité de protéines : un adulte de 70kg a besoin de 58g de protéines par jour

La viande devrait devenir un accompagnement et les produits végétaux le plat principal, et non l'inverse, comme c'est le cas aujourd'hui.

Deuxième règle d'or

Privilégier les aliments pas, ou peu transformés

C'est à dire des aliments qui ne sont pas une recombinaison d'ingrédients.

Exemple : une pomme n'est pas transformée, une compote de pomme est normalement transformée (pommes plus du sucre) et un jus de pomme reconstitué à partir d'une poudre déshydratée avec des additifs divers est un produit ultra-transformé à éviter.

Autre exemple : un poisson entier cuit au grill est peu transformé, mis en conserve avec de l'huile il est normalement transformé et broyé/fractionné puis réintroduit dans des nuggets de poisson, il devient ultra transformé.

D'un point de vue de la qualité nutritionnelle, le degré de transformation est primordial. Les éléments moins transformés sont plus rassasiant et élèvent moins le niveau de sucres dans le sang que les aliments ultra-transformés.

Troisième règle d'or

Au sein des aliments peu ou pas transformés, diversifiez en privilegiant les aliments BIO de saison et locaux dans la mesure du possible.

En diversifiant, vous apportez une diversité de micronutriments protecteurs (vitamines, minéraux, oligo-éléments, polyphénols, caroténoïdes,...) qui ont des actions multiples et synergiques dans l'organisme humain : anti-oxydants, anti-inflammatoires, anti-carcinogéniques, anti-hypertensifs, hypocholestérolémiant, hypoglycémiant, lipotropes,...

Au delà de ces règles, Mon,sieur Fardet souligne qu'"Acheter un aliment chez un commerçant est un acte essentiel pour tous, car nous sommes tous interconnectés : aussi si j'achète un aliment ultra-transformé d'origine animale contenant des ingrédients issus des quatre coins de la planète je contribue peut-être à l'apprauvrissement de paysans de pays en voie de développement, je contribue à la maltraitance animale et à la déforestation de certaines parties du globe. A nous de choisir, nous sommes responsables et il est aujourd'hui possible d'avoir accès aux informations nutritionnelles. Ce n'est qu'à ce prix que nous pourrons faire avancer les choses dans le bon sens, pour nous, les animaux et la planète dans son ensemble".

 

 

diététique nutrition préventive alimentation préventive Prévention santé Plantes huiles essentielles

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau